Je partage ici des prises de consciences, & inspirations de séance / de vie.

Et vous trouverez d’autres partages sur ma page facebook. Merci à vous si vous avez l’élan de prendre le temps de liker cette page, partager,  diffuser. Cela donne de la visibilité à ces écrits !

https://www.facebook.com/Nadia-Lepastourel-Th%C3%A9rapieaccompagnement-110684104723564/

La vie... même - La vie m'aime... (14/06/2022)

La vie.. même quand j’ai peur
La vie m’aime .. quand j’ai peur.
La vie.. même triste,
La vie m’aime .. triste.
La vie .. même en colère
La vie m’aime .. en colère.
La vie.. même si j’ai perdu,
La vie m’aime… si j’ai perdu
La vie.. même épuisée,
La vie m’aime .. épuisée
La vie..même si j’échoue,
La vie m’aime .. si j’échoue, (la vie dit même qu’il n’y a ni échecs, ni réussite, quand m’aime…)
La vie… même épanouie ?
La vie m’aime .. épanouie,
La vie… même pleine de doutes,
La vie m’aime.. pleine de doutes,
La vie.. même difficile, puis facile, puis difficile, puis facile, puis…
La vie m’aime .. difficile, puis facile, puis difficile, puis facile, puis…
La vie… même absente ?
La vie m’aime .. absente !
La vie… même présente ?
La vie m’aime .. présente ! PRESENTE !! PRESENTE !
La vie EST présente, de toutes les façons, même celles qu’on n’aime pas.
La vie est le PRESENT, le cadeau même …(oui, la vie aime même les jeux de mots faciles et un chouia répétitifs 🙂 🙂
Si la vie même et m’aime, alors il y a de la place ? De la place pour que je l’aime ? Et même ?
Et même quoi ?
Si elle arrive à m’aimer même… Je peux peut-être même aimer la vie même… ? non ?
OH OUI ! même m’aimer ! Et, et, et… aimer la vie même !
AVEC TOUT L’AMOUR DE LA VIE 🌼☀️🌿💝.
[14.06.2022 – inspiration de séance – MERCI Merci.]
 
 

NÉANT Née ... en

Née …en la lumière.

https://www.facebook.com/Nadia-Lepastourel-Th%C3%A9rapieaccompagnement-110684104723564/

 

Il était une foi. (24/04/22)

Aujourd’hui c’est la St Fidèle. De ‘Fides’, dans la mythologie romaine : la déesse de la foi. La foi, plutôt que l’espoir*. La foi en l’histoire que l’on vit, en l’histoire qu’on (se) créée. La foi en ce qui conte & compte. La foi en toi, moi, nous (et tous ceux qui le veulent) La foi en nos choix, en la Force, en la VIE, en l’AMOUR
La foi en moi m’aime, mes points de vues et ceux des autres. (cf ce magnifique podcast de Don Miguel Ruiz).
Et puis aussi, à noter que Fides, dans le panthéon (toujours du point de vue mythologique), est ‘super pote’ avec la déesse de l’Abondance ! et ben oui ! Il était une foi les ami.e.s.
 
*(Parce que l’espoir n’est qu’une falaise, suivie d’une précipice. Sabrina Philippe)

https://www.facebook.com/Nadia-Lepastourel-Th%C3%A9rapieaccompagnement-110684104723564/

 

RE...SE VOIR pour se recevoir (20/04/2022)

SE voir de nouveau, oui, re se voir. Pour mieux se recevoir avec amour et douceur.
Re SE VOIR :
Une manière de se poser, se déposer, se reposer.
Une façon d’arrêter de s’opposer, s’imposer, s’interposer.
Une manière de se décomposer pour se recomposer et se co-composer.
Un espace où disposer et se proposer à la vie.
Une manière de supposer. Supposer autre chose, une autre manière, une autre réalité.
Un temps pour descendre de son vélo et marcher à côté, voir la vie de côté, d’un autre côté, se voir d’un autre côté.
RE…SE VOIR POUR RECEVOIR l’amour de cette nouvelle vision de soi.
AVEC TOUT MON AMOUR.

https://www.facebook.com/Nadia-Lepastourel-Th%C3%A9rapieaccompagnement-110684104723564/

 

J'ai failli (à) être infailliblle (07/04/2022)

Dans ma vie, je me suis demandé et me demande encore beaucoup d’être in-faillible.
Ne pas faillir, ne pas me tromper, ne pas hésiter, ne pas avoir peur.
Toujours bien entendre, bien écouter, moi et les autres. Et surtout surtout ne pas me tromper. Être parfaite.
Mener ma barque. Surtout gérer, toujours tenir. Tenir la barre, ne pas la poser (ni moi), ne pas la lâcher cette barre, ne rien lâcher.
Ne pas lâcher… & ne pas être lâche non plus !
Or, force est de constater que je n’y arrive pas.
Je failli, je (me) trompe, j’hésite, j’ai peur, je n’entends pas, n’écoute pas, je ne mène plus rien…
J’ai failli… plein de fois. Et j’ai failli aussi… plein de fois.
L’autre jour, j’ai eu cette image.
Un bloc de granit. Bien épais, bien costaud, bien lisse aussi. Pas de failles, pas d’aspérités, pas de creux ni de bosses.
Et si en face, il y a un autre bloc de granit aussi alors bon sang, nous voilà bien…
Pas de manquements, de doutes, d’émotions, de peurs. Juste deux blocs « parfaits ».
Rien à quoi se relier alors. Rien à quoi s’unir non plus.
Comment et à quoi accrocher les cordes ? les mousquetons ? Comment grimper son rocher ? ou en descendre ? Comment être en lien avec le bloc d’en face ?
Sans failles, pas d’assemblage, pas d’attachement, pas de liant.
Je peux me relier par mes failles. Je suis en lien car faillible.
Si je n’aime pas les failles de l’autre, je ne le laisserais pas faillir.
Je ne laisserai rien jaillir non plus. Ni de l’autre, ni de moi.
J’aimerais mieux me laisser jaillir, en me laissant faillir.
Car si je n’aime pas mes failles, je ne faillirai pas. Et, aussi, je ne faillirai pas…
Je veux faillir … (à) être infaillible.
Merci.

https://www.facebook.com/Nadia-Lepastourel-Th%C3%A9rapieaccompagnement-110684104723564/

CE QUI SUR-VIENT (10/03/2022)

Se laisser souvenir,
Laisser les souvenirs.
Se laisser sur-venir
Laisser sur-venir (car c’est ce qui vient sur)
Laisser advenir
Ne pas tant intervenir,
Ni trop contrevenir
ou encore prévenir.
Se laisser revenir,
Se laisser parvenir,
Laisser venir par
Laisser bienvenir (oui oui oui ! c’est un verbe !)
 
[inspiration de séance, un grand merci]

https://www.facebook.com/Nadia-Lepastourel-Th%C3%A9rapieaccompagnement-110684104723564/

OBSESSION (05/03/2022)

Ah, si…

Si j’avais …

Si j’avais été, si j’avais su, si j’avais pensé, si j’avais compris, si j’avais dit, si j’avais tu, si j’avais fait, si j’avais pu, si j’étais resté, si j’étais parti… si j’avais …

Ah si ça avait été, s’il avait été, si elle avait été, s’ils avaient été..

Si on avait été, compris, su, fait, dit, pas dit…

Ah, si seulement.

Ah, si c’était comme ceci, si c’était comme cela, si c’était autrement, si c’était différent, si c’était comme je voudrais, comme j’ai envie que ce soit.

Être obsédé c’est ne penser qu’à ‘ça’, ‘ça’ quoi ? ‘Ça’ dépend, ‘ça’ change… mais j’ai l’impression que souvent, ‘ça’ n’est pas là, ‘ça’ n’est plus là… alors ‘ça’ ne sert pas des masses …

Obsession, étymologiquement, vient de obsessio « assiéger, blocus ». et de ob & sedere : « être assis ».

‘Ça’ me semble bien bloqué et assiégeant, en effet.

Et puis, quand on est assis, on n’est pas debout. Quand on est assis, on ne bouge pas.

Quand on est assis, on est à cet endroit.

Cet endroit « ah, si… »

https://www.facebook.com/Nadia-Lepastourel-Th%C3%A9rapieaccompagnement-110684104723564/

Debout, bout par bout. (25/01/2022)

Je suis à bout.

Je suis au bout.

Au bout de moi.

Et après ?

Un autre bout …[et plus :)].

Je suis deux bouts.

Je suis debout.

Debout, bout par bout.

https://www.facebook.com/Nadia-Lepastourel-Th%C3%A9rapieaccompagnement-110684104723564/

06/01/2022 - Lettre à ma très chair.

Ma chair,

Je trouve ça dur parfois.

Tu ne m’es pas toujours très chère.

Je trouve ça dur d’être incarné,

Je trouve ça dur d’être carné et que tu es une date de fin.

Je t’avoue, je préférerais souvent aussi être ‘pur esprit’ et sortir, fuir, échapper à cette vie.

Mais ma chair, sans toi, pas d’expérience, pas de vie, pas de douleurs c’est vrai mais pas de joie, ni de pizza …

Alors, par amour pour toi, pour nous, pour moi, pour la vie,

Je te propose de faire alliance, de nous unir, de nous ancrer,

S’ancrer au plus possible,

S’ancrer vraiment,

Dans la terre, dans la boue, dans toi, ma chair.

S’ancrer pour entrer profondément, et ne plus vouloir sortir chaque fois que j’ai mal, que je ne sais pas ou que je me dis que la vie n’est ‘pas assez’ (ni moi, surtout moi).

Ma très chair, ma chair vie, et si nous ancrions ensemble en 2022 ?

https://www.facebook.com/Nadia-Lepastourel-Th%C3%A9rapieaccompagnement-110684104723564/

à-venir- 31/12/2021

En 2022,

Laisse moi t’aimer.

Laisse moi m’aimer,

EN 2022,

Je me laisse me laisser aimer,

Je me laisse te laisser aimer

Je me laisse me choisir

Je te laisse te choisir

En 2022,

Je choisi d’aimer

Je choisi de m’aimer

Je choisir d’aimer l’autre

Je choisi d’aimer l’autre en moi

Je choisi d’aimer moi en l’autre.

Je choisi de m’aimer en moi.

Je choisir d’aimer l’un… est l’autre.

Et si ?

Et s’il n’y avait ni l’un ni l’autre.

Et si, cette année, c’était les 2 ?

Beau passage vers 2022 les ami.e.s.

https://www.facebook.com/Nadia-Lepastourel-Th%C3%A9rapieaccompagnement-110684104723564/

Amour - 25/12/2021

L’amour est un chant éternel,
qui fait tourner le monde.
Chaque jour sa musique est un soleil,
qui éclaire nos cœurs. 💖
(Bambi, 1942😉)
Joyeux Noël à tous.
https://www.facebook.com/Nadia-Lepastourel-Th%C3%A9rapieaccompagnement-110684104723564/Merci si vous avez l’élan d’aimer, partager.

Toutes les parts - 22/11/2021

Il y avait du monde à l’atelier « S’aimer sans se cacher »:). Du monde au sol. Du monde à terre, au repos.
Elles étaient là. Toutes les parts. Les unes, et surtout « les autres » (cf publi « Les autres parts »).
Toutes celles que je vois présentement, celles que j’aime facilement et celles que j’aime moins (voire pas du tout) et qui se cachent car finalement elles ont peur. Un peu des autres mais surtout peur de moi. Peur de mon propre jugement.
Et si, pour m’aimer sans me cacher, je me laissais les voir et les reconnaître ces parts-là ? plutôt que les nier, les dénier et les renier. Les pauvres, ont-elles mérité que je les traite comme ça ? Elles sont là, enterrées, masquées depuis si longtemps.
Il y avait la douceur, le ras le bol complet, l’impuissance totale, la violence, l’excentrique, la banale, le sentiment d’échec et celui de réussite, la fière, la honteuse, la manipulatrice, la franche, l’inclusion, l’exclusion, la mauvaise et la bonne personne, la spirituelle perchée et la terre-à-terre, la radine, la généreuse, l’injuste, la connasse, la jalouse. Il y avait la peur, la tristesse, la joie, la colère et la paix, la courageuse et la lâche, la menteuse et la fiable… Bon vous voyez l’idée, il y en avait TELLEMENT, plus d’une centaine. C’est fou comme on est multiple.
Je l’ai senti, ce sont ces « autres parts », celles que je me cache à moi-même qui étaient les plus contentes d’être vues, d’être au sol, honorées & aimées. Les voir, marcher entre elles, danser auprès d’elles. Les ré-unir enfin aux « unes » pour se sentir vraiment complet et nourri. Car les unes ne peuvent avancer sans les autres.
C’était un moment magnifique.
Et vous, quelle parts de vous ont besoin de re-connaissance ? Si cela résonne pour vous de ré-unir, vous pouvez essayer à la maison, avec comme matériel, crayon, morceaux de papier, un espace et une musique qui vous inspire ! (et/ou prévoir une séance avec moi:))
Bien à vous les amis.
Nadia

Prendre le temps - SON temps - 15/11/2021

Prendre le temps, SON temps,
[un grand merci aux participants de l’atelier de l’armistice du 11/11/2021, pour plus de douceur sur nos conflits intérieurs]
Prendre le temps de sentir, ou non…
prendre le temps de ressentir, ou pas…
prendre le temps de trouver les mots, ou non…
prendre le temps pour exprimer, ou pas…
prendre le temps de se poser des questions,
prendre le temps de ne pas s’en poser,
prendre le temps d’être en colère,
prendre le temps d’être apaisé,
prendre le temps de respirer, et parfois se laisser étouffé,
prendre le temps de ne pas prendre le temps,
prendre le temps de déposer les armes,
prendre le temps pour la FIN,
prendre le temps pour la FAIM,
prendre le temps de dire « je t’aime »
prendre le temps d’AIMER et d’ETRE aimé (et parfois non)

ça prend l'temps... 12/11/2021

CA PREND L’TEMPS qu’ça prend. 12/11

ça prend l’temps… d’accueillir,

ça prend l’temps… d’aller bien

ça prend l’temps… d’aller mal

ça prend l’temps… de souffrir

ça prend l’temps… de s’épanouir

ça prend l’temps… de ressentir

ça prend l’temps… d’aller vite,

ça prend l’temps… d’aller lentement,

ça prend l’temps… de vomir

ça prend l’temps… de rire

ça prend l’temps… d’être là

ça prend l’temps… d’être absent

ça prend l’temps… de sortir.

ça prend l’temps… de vivre.

ça prend l’temps… qu’ça prend.

Les "autres" parts - 08/11/2021

L’amour m’envahit parfois pour les « autres parts ». Pas les parts de moi qui s’engagent et qui sont présentes, pas les parts qui sont prêtes et au RDV. Pas les parts de bonne volonté, courageuse et joyeuse. Celles-là, et bien, je les aime « facilement » 🙂 .

Mais l’amour pour les parts de moi qui n’ont pas été prêtes à certains moments de ma vie ou qui ne le sont toujours pas. Celles qui font demi-tour parfois et qui s’en vont, peu importe la raison. Colère ? peur ? déni ? lâcheté ? infinie tristesse ? peu importe finalement. Elles font aussi partie de moi.

Ces parts qui, encore plus que les premières, ont besoin que je les prenne dans mes bras, que je les accueille et que je les AIME. Elles ont besoin de prendre du temps, leur temps ! Certaines parts sont « tortues », peut-être sont elles plus encore tordues ? torturées ?

Alors je choisis de ne pas les maltraiter davantage et de leur donner la liberté de se laisser du temps. Je fais le vœu que cesse ses conflits intérieurs et la propension à être en guerre avec certaines parts, pour plus de douceur et de paix. Je fais le vœu d’aimer ce qui, chez moi (et chez l’autre), à première vue, semble ne pas être digne d’amour.

Nadia

L'Amour - 07/11/2021-

– Ca me donne envie d’écouter mon coeur. […] Alors écoutez-moi quand je dis que l’amour n’est pas une invention à nous. Il est observable et tout puissant. Il a forcément un sens.
– oui l’amour a un sens. l’éducation des enfants, le lien social, l’utilité sociale…
– nous aimons nos morts, quel utilité social ça a ? Peut-être que l’amour a un sens plus profond et que nous ne pouvons pas, encore, le comprendre. Ce peut être un témoignage, la marque d’une dimension supérieure que nous ne pouvons pas encore consciemment percevoir. […] De toutes les choses que nous percevons, seul l’amour transcende les dimensions temporelles et spatiales. Peut-être bien qu’on devrait accepter en confiance ce qu’on ne saisit pas encore ?
 
Ame&lia Brand (dicussion avec Cooper) – Interstellar

Attendre, leçon de sagesse d'une limace - 03/11/2021-

Ce midi, j’ai trouvé dans un cageot de légumes stocké dans mon garage, une limace. Coincée entre un chou rouge et du chou kale (saison oblige!), elle était toute recroquevillée. Mais une fois dans mon évier, baignée dans l’eau, elle a sorti sa tête.
Finalement cette limace attendait. Dans le noir du garage, dans ce cageot de légumes depuis plusieurs jours, elle attendait. Quoi ? je ne sais pas ? Mais elle a bien fait d’attendre. Posée sur une lame de couteau, je l’ai déposée dans le jardin. Oui, elle a vraiment bien fait d’attendre, cette limace. Et je ressens que l’humaine que je suis, ferait bien d’en tirer une leçon de sagesse 🙂

On ne jugerait pas la 3G ? si ? - 12/10/2021-

J’ai échangé il y a peu avec un ami informaticien & spécialiste en « téléphonie internautique » sur les anciennes versions de nous-même. Souffrir de ce que l’on a choisi, décidé, vécu…Regretter certaines décisions, ou non-décisions. Il voit certes que ses « erreurs » l’ont amené où il est aujourd’hui, mais le jugement sur son ancien lui restait bien présent.

Et ça m’a frappé … Nous viendrait-t-il à l’idée de juger la 3G ? Les vieux téléphones, l’internet de « l’ancien temps », celui qui mettait 10 minutes à afficher 1 image ou à ouvrir un mail ? Il me semble que non. On peut se dire que ce n’était pas bien rapide, que c’était perfectible, que c’est plus confort aujourd’hui parce que c’est plus vif… mais dénigrer ? Non, c’était juste ainsi. Il fallait bien passer par la 3G pour aller vers la suite. Il était IMPOSSIBLE de ne pas passer par cette étape. On ne passe pas « directement » à la 4G. Notez que je ne m’en lance pas dans un débat pour ou contre la 5G, car en plus on peut tout autant ne pas être aligné avec un monde d’ultra rapidité…Ce qui m’intéresse ici, c’est le jugement que l’on peut porter sur les anciennes versions de nous même, sur les anciennes parts de nous, qui ont fait ce qu’elles ont pu à l’instant T.

Alors ne jugeons pas la 3G, elle a eu son heure ! et elle a fait le job de l’époque ! Rendons lui même hommage d’avoir été ce, qu’exactement, elle était.

Ils sont forts ces anglais ! (2) - 30 sept 2021

Parce que : « No/where » = nulle part (non & où) et que Now/here = maintenant & ici.

Finalement tout cela serait il pareil ? ou le contraire ? ou pareil ? ou…

Ils sont forts ces anglais ! - 22 sept 2021

Parce que « Everybody », littéralement, se traduit par « tous les corps ».

Every Body… tout le monde certes, mais surtout tous les corps de tout le monde ne formant qu’un seul corps.

Peur & Confiance - 21 septembre 2021

Ah s’il n’y avait jamais aucune confusion entre « avoir peur » et « manquer de confiance ».

Si, quand on a peur, on ne collait pas ça à cette idée saugrenue, à cette croyance que peur signifie que l’on manque de confiance, puisque l’on devrait (voudrait ?) ne pas avoir peur.

Avoir peur ET avoir confiance. Oui, oui les deux en même temps, sont possibles.

Chercher ou trouver - 10 septembre 2021

Oh là là … bon sang de m… 

« Je cherche « (une maison, un compagnon, mon chat) n’est pas « je souhaite trouver ». 

Lorsque je souhaite trouver, c’est dur & lourd pour moi lorsque je ne « trouve pas ».

Quand je cherche (mon chat, j’aime tellement cette référence), trouver devient nettement moins un enjeu pour moi. Quelle légereté !

Vous me direz, c’est aussi un peu pareil mais quand même… pas.

Pensées - Bonheur ET Malheur - 30 août 2021

(Pensées « eues » en stage de libération émotionnelle, avec Magali Tostivint & Florence Pauchet)

Quand je suis malheureuse, ça ne veut pas dire que je ne suis pas heureuse & quand je suis heureuse, ça ne veut pas dire que je ne suis pas malheureuse.

Ah, et aussi…

Quand je suis malheureuse, ça ne veut pas dire que je n’ai pas « le droit » d’être heureuse & quand je suis heureuse, ça ne veut pas dire que je n’ai pas « le droit » d’être malheureuse.

Se donner de l’espace pour bonheur ET malheur, en même temps. Remettre du mouvement pour chacun & les deux, en co-habitation pacifique. Voilà qui peut apaiser le conflit entre les deux qui veulent chacun, parfois, prendre tout (trop?) l’espace. 

La fin de charge prend plus de temps ? - 22 août 2021 -

Quand je mets mon téléphone à charger, j’ai toujours l’impression que les derniers pourcentages de charge sont les plus longs … 97, 98… et le 99 me semble toujours prendre un temps fou avant d’arriver à 100%.

J’ai l’impression pour les changements c’est idem. Evolution personnelle, transition professionnelle, les derniers pourcentages avant d’être « chargé pleinement » et de pouvoir être débranché du secteur, me semble les plus longs…et m’impatiente. 🙂

Ciné & Psyché - Le nom des gens - 18 août 2021

J’ai regardé hier Le nom des gens de Michel Leclerc et Baya Kasmi (enregistré  le 9 juin sur le disque dur de ma box !! je n’ai plus de vhs mais j’enregistre façon 21ème siècle)

Et je me suis trouvé dans un état émotionnel intense, tristesse, douleur, colère, joie, peur… Pourtant je l’avais déjà vu ce film il y a quelques années, et il m’avait fait seulement rire. Je l’avais perçu comme il est décrit dans wikipédia, une femme couche avec des hommes de droite pour les convertir à sa cause. Elle couche avec Arthur Martin le pensant facho, alors qu’il s’avère jospiniste.

Mais hier je n’ai pas vu ça du tout. (Attention spoiler, bon c’est un film de 2010 donc je me permets…)

Hier, j’ai vu le regard vide de la mère d’Arthur quand on lui demande de prouver sa nationalité française, elle qui se cache depuis 50 ans pour qu’on l’oublie.

J’ai entendu la voix du père de Bahia qui cherche à faire plaisir à sa famille vivante car celle qui est morte ne peut plus “en profiter”.

J’ai perçu le poids des traumas individuels et collectifs, et comment on cherche à se sortir du rôle de victime ou à ne pas y entrer.. comme on peut se battre et se débattre dans les silences et les secrets.

J’ai senti que, certes, “les origines on s’en fout” mais à quel point c’est tout le sujet et l’importance du film quand même.

Et hier j’ai ressenti une tristesse ET une douceur infinie face à la puissance de la chantilly résilience. A quel point la peur et le principe de précaution peuvent empêcher de vivre. A quel point la vie est pourtant la plus forte.

Place au confort et à l'inconfort. - 13 août 2021

J’ai passé un après-midi délicieux, vraiment délicieux. Rires, connexion, partage, équilibre, authenticité. simplicité… Je me sentais bien, confortable et, (ai-je pensé), exactement à ma place.

Ah bon sang… cette tendance à croire que si ce que je vis est agréable et « confort », je suis à la bonne place. Et croire à l’inverse que lorsque je vis de l’inconfort et du désagréable, je ne serais donc pas au bon endroit. 

Et « pire », cette tendance à penser que, si c’est confort, j’ai eu raison quelque part, alors que si c’est inconfort, j’ai eu tort à un moment.

Or, ni l’un ni l’autre ne sont vrai. L’inconfort n’est pas la manifestation d’une erreur que j’aurais faite, et ne signifie pas non que je suis une mauvaise personne qui a raté quelque chose.

Et l’après midi délicieux que je viens de passer ne dit pas que je suis quelqu’un de bien qui a « compris » ou « réussi » quelque chose.

Par contre, c’est à prendre. Je n’ai ni tort ni raison. Je ne suis ni bonne ni mauvaise. Mais j’ai passé un après-midi délicieux !

En ce beau jour de soleil, ce vendredi 13, puissions nous vivre les moments de joie et de douceur comme et quand ils viennent.

Être ou A part être, telle est la question - 7 juin 2021

Les apparences… ce que l’on veut paraître et ce que l’on laisse apparaître.
Par être.. apparaître ? à part être…
Ce que je donne à voir et percevoir, aux autres et à moi-même.
Et ce que je garde en moi, non par intimité mais plutôt pour ne pas laisser de part à l’être ?
Alors aujourd’hui, et chaque jour, du mieux que je peux, je propose d’être plutôt qu’à part être.
Et quand je n’y « arriverais » pas, ou quand j’aurais cette impression, je me souviendrais que la vie ne juge pas et n’a que faire du paraître. La vie me laisse être, exactement, ce que je me laisse être.

La conscience suffit-elle ? - 6 juin 2021

Personnellement j’ai complètement conscience que mon lave-vaisselle est cassé. Je ne peux plus l’utiliser, il est cassé, j’en ai conscience. Fin de l’histoire ? Je ne crois pas…
Prendre conscience c’est formidable. C’est toujours mieux que de continuer à utiliser un lave vaisselle qui fuit ou de se faire croire qu’il lave toujours au top alors qu’il vous laisse la vaisselle dégueulasse. Mais prendre conscience ne « suffit » pas.
SI je prends conscience que mon lave – vaisselle déconne, le problème demeure. Et c’est OK aussi de le laisser demeurer si j’ai envie. (Personnellement, j’ai laissé une chasse d’eau fuir pendant plusieurs semaines, à visser et dévisser pour éviter des vidages de cuvettes intempestifs !!) Ou alors je « fais un truc » pour régler le truc : appel à un spécialiste de lave –vaisselle ou je vais à Bricotruc acheter des pièces de rechange, ou je rachète un nouveau lave-vaisselle…
Sans la suite, après la prise de conscience, peu de chances que je puisse de nouveau profiter d’aide mécanique de lavage de vaisselle. Et quand même un lave vaisselle ou une chasse d’eau qui fonctionne, c’est plutôt sympa.

30 mai 2021

Ça m’a demandé beaucoup de boulot d’être moi – Claude Ponti